Accompagner les salariés en situation de handicap au Crédit Agricole Toulouse

Publication : 25 novembre 2021

Chargée de développement RH (Ressources humaines) au Crédit Agricole Toulouse 31, Maïwenn Losson est également référente HECA (Handicap et emploi au Crédit Agricole). Elle explique son rôle et présente les actions mises en place.

Comment s’articulent vos différentes missions de chargée de développement RH et de référente HECA ?

En plus d’accompagner les collaborateurs dans la gestion de leur carrière, chaque chargé de développement RH de la Caisse régionale du Crédit Agricole de Toulouse 31 travaille sur un ou plusieurs sujets : le recrutement, la gestion des compétences… et pour ma part, c’est la Mixité, la QVT (Qualité de vie au travail) et la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). Dans ce cadre, je porte le volet Handicap. Mon temps se répartit entre 20 % sur les projets (QVT / RSE) et 80 % sur la gestion quotidienne d’environ 200 coéquipiers. Parmi les 1 300 collaborateurs, plus de 60 ont la RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) et sont répartis dans tous les portefeuilles des chargés de développement RH.

Quelle est votre rôle de référente Handicap ?

Comme référente Handicap, je suis à l’écoute des collaborateurs concernés : je m’occupe de monter et de renouveler leurs dossiers de RQTH six mois avant l’échéance, des adaptations des postes de travail au moment du recrutement ou pour permettre le maintien dans l’emploi. Les aménagements proposés peuvent être techniques (claviers, souris, écrans, fauteuils de bureau ergonomiques au bureau et à la maison pour le télétravail), horaires, une évolution vers un poste mieux adapté... Je fais également le lien avec les managers pour les informer et les former si nécessaire. J’ai deux temps forts dans l’année qui demandent une attention toute particulière : la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées en novembre, et la déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés.

Quelles actions avez-vous mises en place ?

Nous avons mis en place un plan d’actions spécifiques, nous communiquons pour encourager les salariés à déclarer leur handicap (surpoids, diabète, sclérose en plaque, cancer, maladies auto-immunes…). Nous avons publié un Guide du handicap en janvier dernier qui détaille toutes les mesures d’accompagnement : aménagements, aide à l’appareillage comme les prothèses auditives, attribution de places de parking, 2 jours d’absence pour des démarches administratives ou médicales, compensation de l’écart de salaire en cas de mobilité, suivi médical renforcé, 150 euros par an de chèques emploi service…

Nous organisons des opérations de sensibilisation, par exemple sur le handicap invisible, et très bientôt des ateliers de cuisine avec une mise en situation de manière ludique. Les 25 participants seront sélectionnés par un concours. En 2022, nous souhaitons mettre en application la Charte Cancer et emploi, signée par le Groupe Crédit Agricole, et développer des actions à destination des salariés aidants de personnes en situation de dépendance ou de handicap.

Quels conseils pourriez-vous donner à des jeunes en situation de handicap ?

Je les encouragerais à choisir l’alternance : nous proposons une quarantaine de contrats d’alternance chaque année, majoritairement en master Banque. Mais nous recrutons aussi à partir de bac + 2 des attachés de clientèles avec des possibilités d’évolution, et bien d’autres profils.

Il est important de valoriser ses expériences dans le CV et son profil LinkedIn en mettant en avant sa personnalité, ses qualités (sens du commercial, écoute, relationnel) et tout ce que l’on aime faire (passions, loisirs, projets associatifs), ses stages… Ne pas hésiter à mentionner le handicap sur le CV, de manière à pouvoir préciser, lors de l’entretien de recrutement, les aménagements dont ils pourraient avoir besoin. Autre conseil, se rapprocher de structures spécialisées, comme Cap Emploi, qui peuvent les accompagner.