Master, mastère, MBA... les différentes appellations

Le master

Publication : 29 octobre 2021

Le master est un diplôme en 2 ans après la licence. L’accès en 1re année (M1) est de droit dans les mentions compatibles avec la licence obtenue. L'État français a protégé l'usage du mot "master" : il est donc réservé au DNM (diplôme national de master) et ne peut être utilisé pour une autre formation.
Le diplôme national du master est reconnu à bac + 5.

Quelle formule ?

Le diplôme national de master est obtenu après l'acquisition de 120 crédits capitalisables (ECTS) répartis sur 4 semestres (2 ans) après la licence ou titre équivalent à 180 ECTS. Il confère de droit le grade de master (300 ECTS) validant 5 années d'études après le bac, permettant notamment la poursuite d'études en doctorat.

L'accès en 1re année de master (M1) est de droit pour un diplômé de licence d'un domaine correspondant. Pour les mentions de master dont les capacités d'accueil sont limitées, les établissements peuvent recruter sur concours ou sur dossier.

Une plateforme d’information "Trouver mon master" donne les capacités d'accueil des masters.

Un droit à la poursuite d’étude immédiat ou différé

En cas de refus en première année dans les masters de son choix, le ou la diplômée de licence a 1 mois pour demander les raisons de ce refus au recteur de la région académique. Ce dernier pourra lui proposer au moins trois propositions d’admission dans un master correspondant à son projet professionnel et compatible avec la mention de licence obtenue.

L'accès en 2e année de master (M2) est de droit après validation du M1.

Disposition dérogatoire pour droit ?

Une sélection continue à s'opérer de manière transitoire pour l’entrée en M2 dans certaines formations de la filière juridique. Dans ce cas, l'accès en M1 est ouvert à tout diplômé de licence, mais l’entrée en M2 n’est pas systématique. Renseignez-vous directement sur "Trouver mon master" ou auprès des universités.

Liste des mentions sélectives entre la 1re et la 2e année (182.43ko)

Quel coût ?

Les droits d'inscription sont fixés chaque année par arrêté du ministère de l'Éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche. Les universités ont l'obligation de proposer à tous les étudiants un paiement fractionné (en trois versements) des droits d'inscription et de sécurité sociale, afin qu'ils puissent en étaler la charge. Les étudiants boursiers sont exonérés des droits d'inscription et des droits de sécurité sociale.

Reconnaissance du master

En France, l'utilisation du mot "master" est réglementée. Il ne peut être utilisé que pour les établissements (universitaires très souvent, mais pas seulement) ayant été accrédités par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Or on s'aperçoit que cette dénomination est fréquemment détournée.

Qui le délivre ? Il est délivré au nom de l'État par les EPCSP (établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel) dont font partie les universités. Il peut également faire l'objet d'une co-habilitation entre un EPSCP et un autre établissement public d'enseignement supérieur. Le diplôme peut être délivré par d'autres établissements, à condition qu'ils proposent déjà un diplôme ayant le grade de master, c'est le cas de certaines écoles d'ingénieurs. Ces dernières années, de nombreuses écoles privées ont noué des partenariats de double diplôme avec des universités afin de faire bénéficier du diplôme national de master.

Les demandes de création de master des établissements sont instruites par la DGESIP (Direction générale de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle). L'habilitation est prononcée suite au dialogue avec l'établissement, à l'avis d'opportunité de la CNCP (Commission nationale de la certification professionnelle) et à l'avis du Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche. L'habilitation est délivrée pour une durée maximale de 5 ans, elle fait par la suite l'objet de renouvellement.