Accueil du dossier Au collège En lycée professionnel Dans l’enseignement supérieur
Les stages par niveau d'études

Les stages dans l’enseignement supérieur

Publication : 12 janvier 2022

Qu'il soit obligatoire ou facultatif, impossible pour un étudiant d’effectuer un stage sans signer une convention. Du BTS au master, en passant par les diplômes d'écoles : le point sur la durée et objectifs des stages dans l'enseignement supérieur.
Quel que soit le niveau d'études, le stage doit être intégré dans un cursus pédagogique.

Stages obligatoires ou facultatifs

Les stages obligatoires font partie intégrante du cursus dans l'enseigenement supérieur et permettent aux étudiants de mettre en pratique leurs connaissances théoriques. Leur validation est essentielle pour obtenir le diplôme : ces stages font souvent l’objet d’un rapport et d’une soutenance orale.

Les stages facultatifs doivent respecter les mêmes conditions que les stages obligatoires. Ils requièrent aussi la signature d'une convention tripartite (organisme d'accueil, établissement de formation et étudiant). S'ils ne conditionnent pas la validation de votre année, ils doivent avoir un objectif pédagogique reconnu par votre établissement.

De multiples formations ont adopté la formule du stage obligatoire, avec des durées assez variables d’un cursus à l’autre.

Durée, objectifs des stages : détails, diplôme par diplôme

BTS (brevet de technicien supérieur) : 8 à 16 semaines de stage, selon la spécialité

La formation en BTS vise une insertion professionnelle rapide.

Elle comporte 8 à 16 semaines de stage en milieu professionnel selon la filière choisie. Au programme également : des travaux pratiques et l’intervention en cours de professionnels du secteur d’activité. En 2e année, les deux tiers des enseignements sont destinés à acquérir un savoir-faire professionnel.

Lire notre dossier : les BTS/BTSA

BUT (bachelor universitaire de technologie) : 10 semaines en entreprise

Le stage est une période d'observation propice à une embauche.

Occasion unique pour l'étudiant d'être à l'école de l'entreprise, ce stage constitue une période d'observation privilégiée pour l'entreprise qui souhaite embaucher un nouveau collaborateur. Il donne lieu à un rapport de stage et une soutenance orale, indispensables pour l'obtention du diplôme. L'entreprise et l'IUT participent à l'évaluation.

Lire notre dossier : les BUT

Pharmacie, médecine, dentaire : nombreux stages tout au long du cursus

Lire notre dossier : les études de santé

Écoles de commerce : 10 à 18 mois de stage

Quelles que soient l'année d'études et le prestige de l'école de commerce, le stage en milieu professionnel est de mise. De 10 à 18 mois, répartis sur le cursus. Ce peut être 3 mois en 1re année ; 3 mois en 2e ; 6 mois en 3e année ou encore 2/2/6 mois. Seule règle commune : les stages vont crescendo dans le cursus.

Les écoles de commerce peuvent avoir des plates-formes dédiées pour l'aide à la recherche de stage. Les offres de stage pour les 2e et 3e années sont assez nombreuses car l'étudiant est déjà opérationnel. C'est moins vrai en 1re année.

Lire notre dossier : les écoles de commerce

Écoles d’ingénieurs : au minimum 28 semaines de stages en entreprise

Pour le futur ingénieur, chaque stage est encadré et évalué, et peut (ou doit selon les écoles) être effectué à l'étranger. Au programme :

  • Au début du cursus : un court stage "ouvrier" ou "d'exécution" pour découvrir le monde de l'entreprise.
  • À mi-parcours, un stage d'environ 3 mois permettant une initiation au métier d'ingénieur.
  • Pendant le projet de fin d'études souvent au dernier semestre, l'étudiant doit mener une mission en complète responsabilité.

À noter : La moitié des ingénieurs décrochent leur premier poste dans l’entreprise où ils ont réalisé leur stage ou leur apprentissage.

Lire notre dossier : les écoles d'ingénieurs

IEP (Institut d'études politiques) : théorique, mais aussi pratique

Si l'objectif des deux premières années est d'acquérir des connaissances théoriques, dès les premiers mois du 1er cycle, un stage est possible. Par exemple, à Sciences Po Paris, il se situe entre la 1re et la 2e année de collège universitaire. À Rennes, c'est entre la 3e année et la 1re année de master, avec 7 semaines au minimum.

Une année à l’étranger : tous les IEP l'imposent. Cette année (souvent la 3e) se déroule hors des frontières. New York ou Londres ? Delhi ou Shanghai ? Galatasaray ou Melbourne ? Des accords d'échange ont été signés avec de nombreuses métropoles aux quatre coins de la planète. Il s'agit la plupart du temps de séjour d'études dans des universités étrangères, plus rarement de stages.

Les cycles masters affichent en moyenne 350 à 400 h de cours par an, complétées par un stage en M2 de 2 mois au minimum jusqu'à 6 mois, en France comme à l'étranger (ou un mémoire dans le cas d’un master recherche).

Lire notre dossier : les IEP

Écoles spécialisées : nombreux stages car il s'agit d'écoles professionnelles

La 1re année en école spécialisée est souvent la plus théorique. Exemple : les écoles d’audiovisuel qui proposent une 1re année d’études commune à toutes les spécialités.

Dès la 2e année, l’emploi du temps comporte des enseignements plus pratiques. Et les stages font souvent partie intégrante de la formation.

Ainsi, dans une école de journalisme, les élèves pourront réaliser un journal de l’école avec l’aide de professionnels. Dans une école de stylisme, il s’agira de mettre sur pied un défilé de mode. Dans les IFSI (instituts de formation en soins infirmiers), les stages cliniques en milieu hospitalier représentent 50 % de la formation.

Lire nos articles et dossiers : Paramédical, art, social, gestion...

Université : stages intégrés ou stages complémentaires

Les stages sont intégrés dans un cursus pédagogique : crédités, dirigés et évalués par les enseignants.

Ils peuvent être :

  • obligatoire en licence professionnelle (12 à 16 semaines) ; en master professionnel (et recherche) jusqu’à 30 semaines
  • optionnel si l'étudiant choisit une UE (unité d'enseignement) Stage ou l'option Unité d'Expérience professionnelle

Les stages complémentaire : non crédités.

Ces stages à l'initiative de l'étudiant sont une ouverture à la découverte du marché de l'emploi. Ils permettent la mise en pratique des acquis et donnent la possibilité d'observer différents métiers en vue de se spécialiser, de se réorienter ou explorer des aspects méconnus du monde professionnel. Ils nécessitent aussi une convention de stage et un accord pédagogique de l'enseignant responsable des stages ou du directeur des études.