Les contrats en faveur des jeunes

Le service civique : utile pour soi, utile pour les autres

Publication : 18 octobre 2021

Le service civique permet de s'investir le temps d'une année auprès des autres pour une mission d'intérêt général. Les compétences acquises peuvent être valorisées dans le parcours de formation et professionnel du volontaire.
Service civique

À qui s'adresse le service civique ?

Le service civique s'adresse à tous les jeunes âgés de 16 à 25 ans, jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap. Il n'y a aucune condition de diplôme ou d'expérience. Seule compte la motivation de s'engager dans une mission d'intérêt général, au service de la société.

Pourquoi s'engager ?

Il s'agit de vivre et de s'enrichir de nouvelles expériences, pour soi, mais aussi pour aider les autres, au service du collectif. C'est aussi l'opportunité de développer ou d'acquérir de nouvelles compétences, et de prendre le temps de réfléchir à son projet professionnel. Les volontaires peuvent s'immerger dans le monde du travail et s'impliquer dans un projet de société. Pour bien comprendre le sens du service civique, lisez la charte des valeurs.

Quand réaliser une mission de service civique ?

Effectuer une mission de service civique peut intervenir à différents moments de votre parcours : pendant vos études, en période de césure, lors d'un retour en formation, au cours d'un parcours vers l'emploi...

Où effectuer une mission ?

Les missions de service civique peuvent être effectuées au sein d’une association, d’une collectivité, d’un établissement public, d'organismes d'habitations, de sociétés de construction et de gestion de logements sociaux agréées, de sociétés publiques locales... en France ou à l'étranger, dans plusieurs domaines.

Service civique : 10 domaines d'action

  • Culture et loisirs : par exemple, favoriser l'accès de jeunes en difficulté à des activités culturelles
  • Développement international et action humanitaire : par exemple, aider à la scolarisation d'enfants dans des pays en voie de développement
  • Éducation pour tous : par exemple, favoriser l'accès de jeunes en difficulté à des activités culturelles 
  • Environnement : par exemple, sensibiliser les enfants au tri des déchets 
  • Citoyenneté européenne : par exemple, promouvoir les valeurs, la culture et la citoyenneté européennes ; informer les jeunes sur les mobilités possibles
  • Intervention d'urgence en cas de crise : par exemple, aider à la reconstruction de sites endommagés par une catastrophe naturelle et accompagner les populations 
  • Mémoire et citoyenneté : par exemple, participer à de grands chantiers de restauration de sites historiques 
  • Santé : par exemple, sensibiliser les adolescents sur les conduites à risques 
  • Solidarité : par exemple, participer à l'accompagnement de personnes sans-abri 
  • Sport : par exemple, accompagner dans leurs pratiques sportives des personnes en situation de handicap

Quelle est la durée des missions ?

En moyenne, les missions de service civique durent 8 mois, sans interruption. La durée hebdomadaire de la mission doit représenter entre 24 heures et 48 heures, réparties sur au maximum six jours. Elle peut s'effectuer sur une période de 6 à 12 mois, en France ou à l'étranger avec le Corps européen de solidarité.

Quel accompagnement ?

Les volontaires bénéficient d'une formation et sont accompagnés par un tuteur. À la fin de leur mission, les volontaires reçoivent une attestation décrivant les activités exercées et les compétences acquises. Cette attestation peut être valorisée pendant vos études : par exemple une dispense de stage ou des unités d'enseignements supplémentaires peuvent être accordées.

Le contrat de service civique

Le contrat fixe le lieu et la durée de la mission, les activités à accomplir et le tutorat mis en place. Le contrat de service civique ne relève pas du Code du travail. En revanche, il ouvre droit à une protection sociale de base complète prise en charge par l'État (couverture des risques maladie, maternité, invalidité et accident du travail). Par ailleurs, l'ensemble des trimestres de service civique que vous avez effectués sont pris en compte au titre de l'assurance retraite.

Les indemnités

Le service civique ouvre droit à une indemnité mensuelle financée par l'État de 473,04 euros net quelle que soit la durée hebdomadaire du contrat.

En plus de cette indemnité, vous pouvez percevoir une bourse de 107,68 euros si vous êtes :

  • bénéficiaire du RSA (revenu de solidarité active) au moment de la signature du contrat de service civique ;
  • titulaire d'une bourse de l'enseignement supérieur pour l'année en cours. Ce critère vous concerne si vous poursuivez vos études en même temps que votre mission.

Enfin, les organismes d’accueil doivent vous verser une prestation nécessaire à la subsistance, l’équipement, l’hébergement ou au transport. Elle peut être versée, par exemple en espèce ou sous la forme d'une allocation de titre-repas. Son montant minimal mensuel est fixé à 107,58 euros.

À savoir :

  • l'indemnité de service civique n'est pas soumise à l'impôt sur le revenu ;
  • l'AAH (allocation aux adultes handicapés) et l'APL (aide personnalisée au logement) sont conservées par les bénéficiaires pendant la durée du service civique ;
  • les indemnités de chômage sont suspendues pendant la mission et reprennent une fois la mission terminée ;
  • la fin d'une mission n'ouvre pas le droit à des indemnités chômage.

Où se renseigner pour postuler ?

Consultez l'espace dédié aux volontaires sur le site de l'agence du service civique. Pour candidater, créez un profil pour vous inscrire, rechercher une offre et postuler en ligne. Vous pouvez aussi vous renseigner auprès d'une mission locale ou d'un point d'information jeunesse.

Après un service civique ?

Votre mission terminée, vous pouvez envisager en fonction de votre projet personnel ou professionnel de continuer vos études, renouer avec une formation, prolonger votre engagement ou rechercher un emploi dans l'animation par exemple.

Service civique des jeunes de 16-18 ans : 3 questions à...

  • Alan Jousset, animateur sportif volontaire. Décrocheur en fin de 3e, il s'engage dans une mission de service civique et trouve sa voie : "j’ai appris à avoir confiance en moi".
  • Béatrice Angrand, présidente de l’Agence du service civique. Rebondir après un service civique et "retrouver une interaction sociale", c’est l’objectif des jeunes en mission.

En cas de décrochage, où trouver les solutions et accompagnements possibles

Pour renouer avec les études, apprendre autrement ou préparer un projet vers l'emploi, découvrez les solutions et accompagnements possibles proposés par l’Éducation nationale, le réseau des missions locales et leurs partenaires sur le site Nouvelles chances. Un numéro vert 0 800 122 500 est disponible pour aider les jeunes de 16-18 ans sans école, ni formation, ni emploi et leurs parents. Un moteur de recherche "S'informer près de chez soi" vous permet de trouver les coordonnées des acteurs de l'obligation de formation, notamment pour faire un point sur votre situation.