Les écoles de la Défense

Les formations de l'armée

Publication : 29 juillet 2021

Les armées de Terre, de l'Air et de l'Espace, la Marine nationale, l'Armement et les services de santé offrent toute une palette de métiers, accessibles à différents niveaux d'études. Il faut d'abord passer des tests de sélection, qui débouchent sur la signature d'un contrat. S'ensuit une formation adaptée à son futur métier, dont la durée de l'engagement est variable.

Les missions de l'armée

Les armées assurent en permanence des missions de protection du territoire national et de la population. Elles participent également à des opérations militaires à l'étranger. Leurs professionnels sont spécialisés dans les interventions sur terre (armée de Terre), dans le ciel (armée de l'Air et de l'Espace), en mer (Marine nationale), dans l'Armement, ou encore dans les services interarmées de santé ou de soutien pétrolier. Les militaires exercent des fonctions opérationnelles, logistiques ou administratives. Ils sont combattant de l'infanterie, mécanicien avionique, spécialiste des opérations maritimes, ingénieur de l'armement, infirmer militaire...

Accès à tous niveaux de diplômes

L'armée propose des emplois et des formations selon le niveau d'études des candidats. À chacun sa place dans la hiérarchie.

A noter : Pour prétendre à un niveau de responsabilité, le diplôme ne suffit pas. Les candidats sont évalués sur leurs connaissances et leurs compétences physiques, ainsi que sur leur profil psychologique et leurs qualités humaines. Suite aux résultats d'évaluation, des candidats bacheliers se voient par exemple proposer des postes de militaires du rang, avec la possibilité d'évoluer ensuite en interne.

Où et comment postuler ?

Les jeunes intéressés par un métier dans l'armée sont invités à prendre rendez-vous avec un conseiller en CIRFA (centre d'information et de recrutement des forces armées) spécialisé dans l'armée souhaitée, pour éventuellement déposer un dossier de candidature. Ce conseiller aide le candidat à définir son projet selon ses diplômes et son profil. Et éventuellement à monter un dossier de candidature.

Sélection sur tests sportifs et académiques

Les candidats de niveau 3e à bac (futurs militaires du rang ou sous-officiers), passent des tests de sélection dans un GRS (groupement recrutement sélection), sur deux journées dites d'évaluation  : bilan médical, tests psychotechniques, épreuves sportives, évaluation du comportement, entretien. S'y ajoutent des séances d'information sur le métier de soldat et les emplois de l'armée de Terre. Les futurs sous-officiers passent une épreuve d'anglais. Et les candidats pilotes de niveau bac (sous-officiers) passent en plus des tests sur un simulateur pour évaluer leurs capacités psychomotriciennes. Les candidats de niveau bac + 2 futurs officiers passent un concours d'accès aux grandes écoles comportant des épreuves académiques et sportives.

Selon les résultats obtenus, un candidat affine son projet de métier avec son conseiller en CIRFA. Une fois sélectionnés, les élèves signent un contrat d'engagement pour un emploi donné avant de suivre une formation adaptée. Ce contrat comprend une période d'essai de 6 mois.

Une formation générale et technique

Les bases du métier de soldat

Quel que soit le niveau de diplôme et la formation suivie, celle-ci comprend deux volets. Le premier vise à former des soldats, sur une durée de 10 semaines. Au programme : culture militaire (histoire des armées, valeurs de courage, patrie, solidarité...), sport, techniques de tir et de survie, exercices et entraînements au combat, en groupe, etc. Les sous-officiers et officiers suivent aussi des enseignements académiques et apprennent à commander des équipes.

La spécialisation métier

Le second volet de la formation est spécialisé dans l'apprentissage des techniques propres au métier visé : opérateur d'artillerie, technicien réseaux et télécommunications ou pilote d'hélicoptère, etc. D'une durée variable selon les spécialités visées, elle se déroule en régiment ou école de spécialité. Quant aux formations de médecin, de pharmacien et d'infirmier militaires, elles sont aussi adaptées à la pratique en milieu militaire.

Chaque armée propose aussi des métiers semblables à ceux de la vie civile, dans l'administration (secrétaire par exemple) ou la vie quotidienne des soldats (comme le métier de cuisinier ou encore de musicien). Les armées recrutent alors des candidats titulaires d'un diplôme dans la spécialité souhaitée.

Se spécialiser dans le SEA (Service des essences des armées). Il existe des emplois dans le domaine de l’approvisionnement des forces militaires en produit pétrolier. Ces métiers sont rattachés à un SEA indépendant des autres forces (terre, mer, air et espace, armement). La formation militaire se déroule en centre dédié pour les militaires du rang, au sein des écoles de l'armée de Terre pour les sous-officiers et officiers, qui suivent ensuite une formation de spécialité. Se renseigner sur le site du SEA.

Une formation rémunérée

Les élèves militaires ne paient pas de frais d'inscription, de scolarité ni d'internat (ils sont logés, nourris et blanchis). Au contraire, ils perçoivent une rémunération variable en fonction du contrat signé et de la formation suivie : par exemple, 1 362 euros net par mois pour un militaire du rang engagé dans l'armée de Terre. La contrepartie ? L'élève s'engage à servir l'État.

S'engager pour un temps ou faire carrière

Il existe des contrats à durée limitée, renouvelables plusieurs fois, selon les armées. On peut ainsi signer par exemple un premier contrat de militaire du rang de 1 à 4 ans selon l'armée. D'autres engagements de sous-officiers et d'officiers vont de 5 à 10 ans, jusqu'à 18 ans pour un médecin spécialiste. Ils sont militaires sous contrat. À l'expiration de leur contrat, ils choisissent de le renouveler, de retourner à la vie civile ou de faire carrière dans l'armée. Un candidat a la possibilité de devenir militaire de carrière dès le 1er engagement, avec un bac + 2 le plus souvent.

Quel que soit le type de contrat, il prend effet dès le recrutement et comprend le temps de formation. L'engagement se poursuit sur la base comme sur le terrain. Un militaire doit se rendre disponible 24 heures sur 24, même pendant les temps de repos et les permissions.

A temps partiel ou réserviste. L'armée recrute des soldats réservistes, par opposition aux militaires d'active qui exercent à temps plein. Les réservistes peuvent servir dans l'armée occasionnellement, en parallèle d'une situation civile d'étudiant ou de salarié.

Ils exercent jusqu'à 60 jours par an. Leur mission ? apporter un renfort temporaire aux forces armées, sur des missions telles que les missions de sécurité (Vigipirate) et les opérations de secours à des populations sinistrées. Après sélection, le contrat dure de 1 à 5 ans selon le grade (militaire du rang, sous-officier ou officier), renouvelable.

Se renseigner sur le portail des réservistes militaires.

Avec des opportunités d'évolution

Une fois actifs sur le terrain, les militaires du rang qui sont titulaires du bac pourront passer un concours interne pour devenir sous-officiers. Les sous-officiers ont plus tard accès à des concours internes d'officiers. A condition de faire ses preuves auprès de sa hiérarchie.

Ainsi dans l'armée de Terre, plus gros employeur de la Défense, 55% de ses sous-officiers sont d'anciens militaires du rang ; 51% des officiers sont d'anciens sous-officiers.

Préparer un diplôme dans un lycée militaire

Sept lycées du Ministère de la Défense préparent à des diplômes de l'enseignement secondaire. Ils s'adressent aux enfants de militaires, d'agents du ministère de la Défense ou de fonctionnaires. Ils sont aussi ouverts aux élèves boursiers.

Les classes proposées vont du niveau collège au lycée : classes de 4e et 3e ; CAP et bac pro aéronautique option systèmes et avioniques ; bac pro en gestion - administration ; 2de générale et technologique ; 1re et terminale générales, STI2D spécialité systèmes d'information et numérique et STMG spécialité gestion et finance. Le lycée militaire d'Aix-en-Provence et le lycée naval de Brest forment également au brevet d'initiation à l'aéronautique.

Après le bac, la plupart de ces établissements proposent aussi des CPES (classe préparatoire aux études supérieures) et CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) en sciences, lettres et sciences économiques et commerciales, pour présenter les concours des grandes écoles militaires. 

Si l'enseignement est calé sur le programme des lycées de l'Éducation nationale, l'encadrement est assuré par du personnel militaire.

Les sept lycées militaires : Lycée militaire d'Aix-en-Provence, École d'enseignement technique de l'armée de l'air de Saintes (EETAA), Lycée naval de Brest, École des Pupilles de l'Air lycée de la Défense, Lycée militaire d'Autun, Prytanée national militaire Lycée La Flèche, Lycée militaire Saint-Cyr-l’École.