L'alternance dans l'enseignement supérieur

L'alternance dans le supérieur : état des lieux

Publication : 27 août 2021

Financer ses études, étoffer son expérience professionnelle, se former à l'étranger ou se familiariser avec le monde du travail : les motivations pour étudier en alternance sont plurielles. Condition essentielle pour réussir : être motivé ! Car il faut tenir le rythme : travailler en entreprise et en CFA (centre de formation d’apprentis), sans perdre de vue les examens, exige organisation et régularité. Le point sur l’alternance dans l’enseignement supérieur.
Un ingénieur en automatismes teste des branchements

Avantages et inconvénients

Les avantages : la formation en apprentissage permet de poursuivre des études tout en étant salarié. Elle fonctionne sur la complémentarité entre l'enseignement théorique de l'école et l'application concrète en entreprise. Avec Erasmus +, l'ouverture au monde des apprentis est encouragée pour multiplier les expériences.

Arriver sur le marché du travail avec une première expérience professionnelle, voilà de quoi séduire les entreprises, souvent réticentes à recruter des débutants. Autres avantages non négligeables : des frais d’inscription gratuits et même un salaire pendant toute la durée des études… Une aide au financement du permis de conduire B pour les jeunes âgés d'au moins 18 ans.

Le revers de la médaille : un emploi du temps chargé et des vacances raccourcies. Il n’est d’ailleurs pas toujours facile pour l’apprenti de gérer son temps entre travail et études. Et souvent, les résultats scolaires s’en ressentent. D’où la nécessité de s’engager en connaissance de cause. Le choix de l’entreprise est primordial : la qualité de la formation en dépend.

Diplômes et spécialités

En 2019, 203 846 apprentis suivaient une formation de l'enseignement supérieur. Environ la moitié des apprentis a préparé un bac + 2, parmi lesquels 79 226 en BTS et près de 8 144 en DUT (le DUT devient BUT en 2021). Les filières qui offrent le plus de possibilités sont le commerce, la vente, la comptabilité et la gestion, ainsi que les fonctions de production dans l’industrie.

À l’université, la formule est proposée aux étudiants de licence pro et de master pro (souvent en 2e année) dans les domaines de la culture, du social, de l’animation ou de l’informatique. Plus de 40 000 étudiants ont choisi l'alternance pour préparer l'un ou l'autre de ces deux diplômes (19 400 en licence pro en 2018 et  21 463 en master en 2019).

L’apprentissage est désormais proposé dans de nombreuses écoles d’ingénieurs. En 2019, plus de 25 600 apprentis ont préparé un diplôme d’ingénieur en alternance. Les spécialités qui recourent le plus à cette formule sont la mécanique, les technologies industrielles, l’électricité, l’électronique et l'informatique.

S’inscrire dans un CFA

Sous réserve de la signature d'un contrat avec une entreprise, il est possible de se préinscrire dans le CFA (centre de formation d’apprentis) préparant au métier et au diplôme choisis. La plupart des CFA sélectionnent leurs étudiants : dossier scolaire, tests, voire concours d’entrée. Pour les grandes écoles et les universités, il faut se renseigner auprès de l’établissement.

Trouver une entreprise

Certains établissements de formation en alternance ont tissé des liens très étroits avec les entreprises locales susceptibles de recruter des jeunes. Elles peuvent fournir des listes de contacts. Sinon, il faut procéder comme pour une recherche d’emploi classique.

Consultez notre article "Apprentissage : où trouver des offres ?", il recense quelques sites spécialisés dans la recherche d'emploi et des pistes pour trouver un employeur.

Dans certaines grandes entreprises, l’embauche de jeunes en alternance fait partie de la stratégie de recrutement : rendez-vous sur les pages emploi ou recrutement de leurs sites. Pensez aussi à frapper aux portes des PME.

Le contrat d’apprentissage

Destiné aux jeunes de 16 à 29 ans révolus, le contrat d’apprentissage est le type de contrat le plus répandu. Il permet d’acquérir un diplôme national (BTS, diplôme d’ingénieur, etc.). La formation est dispensée dans un lycée, une école ou une université (pour la partie théorique) et en entreprise (pour la partie professionnelle).

Le contrat de professionnalisation

Destiné aux jeunes de moins de 26 ans (en priorité à ceux qui souhaitent compléter leur formation initiale) et aux demandeurs d’emploi de tout âge, le contrat de professionnalisation comprend au minimum 150 heures de cours sur 6 à 12 mois. Il peut, si besoin, être prolongé 1 an selon les accords des branches professionnelles.

Et après, quelle insertion ?

Les diplômés de l’enseignement supérieur formés en apprentissage s’insèrent plus facilement sur le marché du travail : 6 mois après leur diplôme, une majorité d’entre eux ont un emploi. Environ la moitié des apprentis diplômés intègrent leur entreprise d’accueil après leur formation. Parmi les filières suivies en apprentissage qui enregistrent le meilleur taux d’emploi : la santé et la production.

L’alternance : se projeter dans un métier

Rencontre avec Sébastien Malige, directeur du CFA Stephenson et Noémie Escoffier, chargée de communication. Ce CFA propose 5 secteurs de formation : commerce, vente, tourisme, hôtellerie et banque. S’il fallait ne retenir qu’un conseil : préparer son projet.